Le Québec aura sa propre Marine Nationale.

Un Québec indépendant pourrait opter pour le concept de la priorité industrielle nationale afin d’augmenter la puissance de sa souveraineté maritime, tout en optimisant les retombées économiques pour les PME et les sous-traitants sur l’ensemble du territoire national.

Dans le cadre canadien actuel, les Québécois consacreront 20 milliards $ sur les 30 prochaines années pour le renouvellement de flotte fédérale, sans revoir la couleur de leur argent. Il est notable de rappeler que le français dans la Marine n’est qu’une langue de seconde zone, sous le couvert du bilinguisme.

Une Marine Nationale permettrait au Québec de se doter d’une flotte adaptée à ses besoins stratégiques. Ses navires seraient composés d’équipages servant en français de la cale à la passerelle. Symbole de fierté nationale, puissant outil de rayonnement à l’international, conséquente de notre politique étrangère, la Marine Nationale assumera une partie importante de la souveraineté du Québec, sans tuteur ou dépendance des autres puissances.

Sommes-nous capable? Assurément OUI! Je vous invite à analyser la force des Marines scandinaves notamment. Ces pays de taille comparable au Québec disposent de flottes modernes, conçues et construites chez eux. Le Québec peut assumer des forces équivalentes sinon supérieures.

Le Québec, leader mondiale en hydroélectricité

Leader mondial, le Québec est déjà le plus grand producteur d’électricité au Canada.
L’hydroélectricité est une source d’énergie propre, renouvelable dont les profits profitent à l’État québécois.

La nationalisation d’Hydro-Québec est l’un des premiers actes de souveraineté québécoise. Qui plus est, ce joyau économique a été développé sans l’aide du gouvernement d’Ottawa, par et pour les Québécois.
C’est ça l’esprit de maitre chez nous, la prise en main de nos pouvoirs et le développement de notre pays en devenir, le Québec.