Le Québec aura sa propre Marine Nationale.

Un Québec indépendant pourrait opter pour le concept de la priorité industrielle nationale afin d’augmenter la puissance de sa souveraineté maritime, tout en optimisant les retombées économiques pour les PME et les sous-traitants sur l’ensemble du territoire national.

Dans le cadre canadien actuel, les Québécois consacreront 20 milliards $ sur les 30 prochaines années pour le renouvellement de flotte fédérale, sans revoir la couleur de leur argent. Il est notable de rappeler que le français dans la Marine n’est qu’une langue de seconde zone, sous le couvert du bilinguisme.

Une Marine Nationale permettrait au Québec de se doter d’une flotte adaptée à ses besoins stratégiques. Ses navires seraient composés d’équipages servant en français de la cale à la passerelle. Symbole de fierté nationale, puissant outil de rayonnement à l’international, conséquente de notre politique étrangère, la Marine Nationale assumera une partie importante de la souveraineté du Québec, sans tuteur ou dépendance des autres puissances.

Sommes-nous capable? Assurément OUI! Je vous invite à analyser la force des Marines scandinaves notamment. Ces pays de taille comparable au Québec disposent de flottes modernes, conçues et construites chez eux. Le Québec peut assumer des forces équivalentes sinon supérieures.

Le Québec, leader mondiale en hydroélectricité

Leader mondial, le Québec est déjà le plus grand producteur d’électricité au Canada.
L’hydroélectricité est une source d’énergie propre, renouvelable dont les profits profitent à l’État québécois.

La nationalisation d’Hydro-Québec est l’un des premiers actes de souveraineté québécoise. Qui plus est, ce joyau économique a été développé sans l’aide du gouvernement d’Ottawa, par et pour les Québécois.
C’est ça l’esprit de maitre chez nous, la prise en main de nos pouvoirs et le développement de notre pays en devenir, le Québec.

« L’appel d’offres international pour la construction du nouveau navire de croisière CTMA Vacancier est une trahison du gouvernement Couillard »

CTMA Vacancier :

« L’appel d’offres international pour la construction du nouveau navire de croisière CTMA Vacancier est une trahison du gouvernement Couillard »

-Michel Boudrias

 

Québec, le 24 août 2018 – Le 12 mai dernier, le gouvernement Couillard annonçait l’intention de

son gouvernement de procéder à un appel d’offres international pour la construction du nouveau

navire de croisière CTMA avec un seuil de contenu québécois de 30%. Selon la mouture actuelle

de l’appel d’offres international, la très vaste majorité de ce contrat sera réalisé à l’étranger, privant

ainsi l’industrie maritime québécoise de plus de 600 emplois directs et de plus de 1000 indirects au

sein de la chaîne d’approvisionnement pour une période de trois ans. Le député bloquiste Michel

Boudrias a réagi avec fracas à cette annonce qu’il qualifie de trahison de la part du gouvernement

Couillard.

 

« Alors que tout le Québec dénonce l’injustice de la politique d’attribution de contrats navals du

gouvernement fédéral, voilà que Philippe Couillard plante lui aussi un couteau dans le dos au

Chantier Davie. Ce type de décision politique appauvrit le Québec et prive notre État de retombées

économiques de plus d’un demi-milliard de dollars. Je me sens trahi. Nous travaillons fort à

porter les consensus de l’Assemblée nationale à Ottawa et je me bats depuis des années pour rapatrier

des contrats et des emplois au Québec. La position du gouvernement Couillard vient

anéantir les efforts que nous avons faits en ce sens », a déclaré le député Michel Boudrias.

Rappelons que le Chantier Davie représente à lui seul 50% de la capacité de production navale au

Canada. Faute de contrats fédéraux, Davie a dû procéder à la mise à pied de plus de 1100 employés

depuis octobre dernier. Le contrat pour le CTMA Vacancier s’avèrerait une solution incontournable

pour le chantier maritime de Lévis.

 

« C’est une trahison! Le fleuron de l’industrie navale québécoise est asphyxié. Des centaines

d’emplois spécialisés sont perdus en raison de la baisse du carnet de commandes. Le gouvernement

Trudeau travaille à détruire la capacité de production navale québécoise. Que fait le gouvernement

de Philippe Couillard? Il dépense l’argent des contribuables québécois pour créer des emplois

de qualité en Europe. Chantier Davie dispose de toute la compétence nécessaire à la

construction de ce nouveau navire et l’industrie québécoise a désespérément besoin de ces centaines

d’emplois. Le gouvernement Couillard doit rectifier le tir immédiatement », a conclu le député

Michel Boudrias.

 

–30 –